Une jeune femme va consulter un psychanalyste et réussit à le séduire . Il tombe sincèrement amoureux d'elle et peu après ils commencent ensemble une vie de couple stable. Mais la jeune femme s'aperçoit que son compagnon a un frère jumeau dont il ne lui a pas parlé car il le déteste. Ce jumeau, plus dominant que son mari, la séduit sexuellement . Mais la rivalité intime entre les deux jumeaux a déjà existé de façon analogue il y a quelques années, en particulier autour d'une femme qui est peut-être la jumelle secrète de l'héroïne ...ou bien elle est devenue folle! J'ai vu sans enthousiasme ce film tarabiscoté. Il s'agit d'un pur exercice de style sur le double thème du double autour de jumeaux masculins et féminins existants ou fantasmés : on finit vite par se perdre dans le labyrinthe du scénario, c'est l'objectif du vertige communiqué par ce film sur la psychose. Ce qui m'a surtout gênée c'est l'artifice de la mise en scène glacée en constant trompe-l'oeil et jeux de miroirs, mais j'ai aussi été agacée par l'excès de références cinéphiliques à Hitchcock, Polanski et Cronenberg (et même Verhoeven ou Lynch ou encore des cinéastes asiatiques) qui ôte toute originalité au film. De plus Ozon intègre dans ce thriller psychanalytique une multitude d'ingrédients déjà vus comme la confusion entre rêve, désirs et réalité, une intrigue policière, des scènes d'horreur, des séquences érotiques et des chats étranges. Il cherche à explorer la complexité de la sexualité féminine comme dans Jeune et jolie que je n'aimais pas et, encore dans ce film, tout me semble sonner faux . Marine Vacth y joue un peu le même rôle d'une jeune femme très belle et aseptisée, ne livrant rien d'elle-même . Le film m'a paru vain. NOTE: 2/10