Le film de James Gray retrace les voyages de l'explorateur Percy Fawcett au début du XXe siècle, envoyé en Amazonie par la Société géographique royale d'Angleterre afin de cartographier les frontières entre le Brésil et la Bolivie. Cette mission périlleuse dont il accepte le défi d'abord pour acquérir un certain prestige personnel , lui révèle , malgré les dangers, la fascination pour la jungle . Bien qu'il soit attaché à sa femme et à ses enfants, l'explorateur est hanté par cet univers sauvage et par le rêve tenace de découvrir une mythique cité perdue au coeur de la forêt . Le long film de James Gray, si différent de ses oeuvres new-yorkaises précédentes, ne m'a pas enthousiasmée. La première expédition sur un radeau en Amazonie est intéressante mais très fortement influencée par le sublime film d'Herzog Aguirre la colère de Dieu, jusque dans l'apparition d'une scène d'opéra en pleine jungle, mais la mégalomanie vertigineuse et le délire en moins malheureusement. Le sage et policé Charlie Hunnam n'a rien d'un Klaus Kinski hagard et possédé ! Cette expédition se veut aventureuse mais tous les périls attendus y surviennent les uns après les autres: flèches des Indiens hostiles, tribus cannibales, bêtes sauvages, fièvres tropicales, famine, rapides. ..Bref James Gray ne renouvelle pas le classique film d'aventures dans la jungle. Même si notre héros courageux , dont le film est un biopic avec les défauts flatteurs du genre, repart plusieurs fois dans la forêt bolivienne , de très nombreuses séquences le montrent de retour dans sa famille et ces conventionnelles retrouvailles sentimentales avec l'épouse fidèle pleine d'abnégation sont exaspérantes . En outre, on le voit aussi affronter ses adversaires britanniques , envieux ou bornés, et l'on se croit encore à l'époque de la controverse de Valladolid . Il manque à ce film lourd et sans inspiration et à cet explorateur trop civilisé , la folie démesurée d'Apocalypse Now et le souffle épique des romans de Conrad. NOTE:3/10