Je sors du film japonais Harmonium assez déçue peut-être parce que je m'attendais à voir une oeuvre sublime autour de Tadanobu Asano . Celui-ci est toujours charismatique mais il n'a pas un rôle à sa mesure et son personnage disparait trop vite de l'écran . Le film présente une petite famille japonaise tranquille , le père qui ne dit mot est artisan à son compte , sa femme est délaissée et la petite fille joue de l'harmonium car elle prépare une audition . Or un mystérieux personnage (Tadanobu Asano) lié au passé du père réapparait soudain et s'incruste dans la famille , exigeant d'y être hébergé sans que le père n'ose s'y opposer. Le spectateur sait beaucoup trop vite que l'inconnu sort de prison et que le père , lié au crime commis sans s'être dénoncé, a une dette envers son énigmatique ami . Ce dernier va se venger avec une grande cruauté sur la famille puis disparaitre à la moitié du film. Le scénario est prévisible et trop explicite après avoir posé une situation mystérieuse , il manque du machiavélisme qu'impliquait le sujet ; le film est mal construit et assez incohérent car , après un début fascinant, il s'étiole rapidement et introduit en deuxième partie des scènes plutôt pénibles et redondantes autour d'une fillette très lourdement handicapée. NOTE:3/10