Un couple de Téhéran est obligé de déménager car l' immeuble où il habite va s'effondrer . Ils se relogent difficilement dans un appartement qui se révèle être celui d'une prostituée partie depuis peu de temps sans emporter ses affaires. Un jour la femme est agressée alors qu'elle prenait sa douche par un client de cette prostituée . Elle en est traumatisée mais son mari l'est tout autant car tous deux vivent à leur manière et de leur point de vue, sans se comprendre, la honte de cette agression probablement sexuelle ...je n'ai pas accroché à la forme lourde et redondante qui ôte toute subtilité à une histoire pourtant intéressante par ses zones d'ombres et par l'observation des mentalités dans la société iranienne masculine où la femme est toujours suspecte . Que s'est-il passé en l'absence du mari? Quelle fut exactement cette agression pour laquelle la victime ne veut pas porter plainte? Le couple joue du théâtre dans une compagnie et le fait que l'intrigue principale soit doublée par les répétitions très fréquentes et la mise en scène de Mort d'un commis voyageur d'Arthur Miller comme une sorte de mise en abyme (pas convaincante du tout ) m'a paru ralentir inutilement l'enquête et saper la tension dramatique. Les scènes mélodramatiques interminables de la fin sont difficiles à digérer. Le film est long , boursouflé de séquences digressives sans grand intérêt (le personnage principal avec ses élèves) . J'avais adoré Une Séparation mais les films de Farhadi me semblent de moins en moins inspirés... NOTE: 4/10