Autant j'ai été bouleversée au point d'en avoir les larmes aux yeux par le premier, autant le deuxième m'a ennuyée.

Le Décalogue 7 est une libre variation tragique sur le commandement "Tu ne voleras pas". J'ai trouvé le film saisissant parce qu'il ne traite pas d'un bien matériel dérobé mais de la dépossession affective irrémédiable, et plus particulièrement du détournement de l'affection d'un enfant. Une jeune femme sensible et fragile, Majka, a eu une petite fille lorsqu'elle avait seize ans d'un jeune professeur qui travaillait dans l'institut que dirigeait sa mère. Celle-ci a fait passer l'enfant pour le sien et se l'est approprié avec un amour maternel exclusif dont elle a totalement exclu la véritable mère de l'enfant , la jugeant incapable de l'élever. La petite fille a maintenant six ans et Majka veut reconquérir son affection volée et s'enfuir avec elle au Canada. Le thème de ce film est déchirant . La rivalité des deux femmes qui se disputent l'amour de l'enfant n'est pas traitée de façon mélodramatique mais avec une retenue et une profondeur humaine qui en intensifient le tragique . Le personnage de la jeune mère, dont on sait dès le début qu'elle est condamnée à tout perdre, serre le coeur , l'actrice est merveilleuse , tout comme la petite fille dont l'innocence est inconsciemment cruelle. Les enjeux affectifs de ce film sont terribles. La fuite errante dans la nature donne le vertige car on y voit sans cesse l'eau de la rivière couler irréversiblement, l'angoisse du suicide ou de l'infanticide nous étreint, mais le plan final transcende tout cela avec une tristesse indicible. Coup de coeur pour le 7! NOTE:10/10

Le Décalogue 8, Tu ne mentiras pas, semble ensuite bien théorique et démonstratif par le traitement du problème moral et historique qu'il expose, proche du thème de l'épisode 2 qu'il rappelle . Ici il s'agit de débattre pour savoir s'il faut mentir pour sauver une petite fille juive à Varsovie en 1943. Dans l'épisode 2 l'avortement n'a pas eu lieu grâce à un mensonge du médecin, ici le refus de mentir a finalement sauvé la vie de la petite fille, les deux épisodes reposant sur un retournement de situation . La lourdeur fastidieuse de l'épisode 8 vient aussi du fait que l'enfant devenue une femme américaine vient enquêter en Pologne sur son passé auprès de celle qui, en ne mentant pas, lui a sauvé jadis la vie. NOTE:1/10