Un adolescent revient dans sa famille, son village et son lycée d'origine après avoir été condamné pour meurtre et en ayant purgé sa peine. Il essaie de reprendre une vie ordinaire. Ce film, radicalement sec et austère, procède systématiquement par non-dits, à l'image de ce crime présent dans toutes les mémoires de la petite communauté, dont le coupable cherche à effacer le souvenir. Cette forme de narration très énigmatique est assez captivante au début, puis elle force à faire un exercice intellectuel assez âpre et vain, pour deviner ce qui reste tu. Les images sont d'une belle froideur mutique et aride, dans un paysage étranger à l'âme humaine, où les espérances de rédemption par le pardon sont quasiment nulles. La famille n'est constituée que d'hommes, un père introverti, un grand-père sénile et un trop jeune frère, avec lesquels l'adolescent ne peut avoir aucun dialogue, ce qui le mure encore davantage en lui-même, sans douce affection féminine. Cet aspect est intéressant. Mais celui de l'impossible réinsertion d'un assassin , même très jeune, sans cesse renvoyé à sa culpabilité indélébile par les autres et en conséquence par lui-même , est moins original. L'atmosphère générale est très plombante . NOTE: 4/10