La vie très privée de Monsieur Sim nous fait suivre le pénible périple d'un pauvre type sans vie personnelle , vendeur dépressif de brosses à dent, qui se comporte continuellement comme un idiot pathologique. On s'ennuie comme un rat mort à entendre le soliloque interminable de ce raté pitoyable avec son Emmanuelle de GPS, qui alterne avec des images d'archives d'un obscur navigateur , et aucune scène censée être comique ne fait rire . Le scénario est consternant dans les rapports (ou plutôt l'absence de rapports) de ce triste énergumène avec sa fille, son ex-femme, son amour de jeunesse , son père etc...Autant de rencontres et de non retrouvailles qui tombent à plat. L'homosexualité refoulée du père et du fils est introduite de façon totalement incohérente à la fin pour assurer une happy end . La mise en scène est d'une platitude comparable à la Beauce et le film est aussi dépourvu d'intérêt que son personnage. Bacri omniprésent , caricature de lui-même, est une épreuve à lui tout seul. NOTE:0/10