A l'occasion de l'enterrement de leur père qui avait quitté le foyer familial lorsqu'elles étaient enfants, trois soeurs font la connaissance de leur jeune demi-soeur qui vient vivre avec elles et qu'elles adoptent de tout leur coeur. Hirokazu Kore-eda continue donc, après le sublime Tel père, tel fils , à observer les relations affectives dans la famille japonaise contemporaine, ici une famille aux parents disparus, remplacés par la soeur aînée . Il immerge sa caméra au sein de la vie quotidienne des quatre soeurs et tout est vu par leurs regards. La délicatesse du film vient de la fraîcheur de ces charmants personnages féminins, en particulier de l'adorable petite soeur, et du fait que tout soit suggéré à demi-mots, souvenirs esquissés, blessures secrètes, douleurs discrètes. Le film est fait de petites choses de la vie quotidienne , des prunes cueillies, des promenades sous les cerisiers, des petits plats exquis ...Tout cela compose simplement une suite de moments heureux partagés entre les soeurs et l'on peut être très sensible à ces plaisirs minuscules d'une beauté touchante. En fait, j'ai trouvé le film beaucoup trop long pour une intrigue aussi réduite, trop naïf , trop sentimental et bien mièvre. J'ai eu l'impression de suivre un dessin animé stéréotypé pour enfants à cause de la vision idyllique des relations familiales , de la musique sirupeuse qui enveloppe les séquences , des grands yeux tendrement éblouis de la petite Chihiro , des rires de joie cristallins, des gloussements continuels d'émerveillement , des salutations perpétuelles de politesse cérémonieuse envers la grande soeur dévouée...Bref, tout un monde édulcoré si gentil qu'il en devient exaspérant . NOTE: 3/10