Frappée brutalement d'un accident cérébral, une femme devient amnésique, elle ne sait plus qui elle était et ne reconnait plus ses proches, en particulier son mari . Le film m'a intéressée d'un bout à l'autre et m'a souvent émue . Par exemple la scène des "retrouvailles" avec sa (fausse) mère est bouleversante et j'aime beaucoup la rencontre avec l'amant éphémère . Pourtant j'en suis sortie un peu déçue car le propos ne dépasse pas le stade de la reconstitution de soi de l'amnésique à l'aide des documents (carnet intime, photographies) dont elle dispose pour s'informer sur ce qu'elle a été. J'avais cru qu'une fois qu'elle se serait recomposée, elle ferait voler en éclats son identité au lieu de se la réapproprier avec mimétisme. Je pensais qu'elle chercherait à être une autre puisque sa maladie a fait le vide et a donné un terrain vierge qui autorise tous les possibles. Or elle se conforme à tout ce qu'elle réapprend avoir été , ce qui limite beaucoup le sujet et le fait stagner assez lourdement. Je regrette que les audaces de cette femme qui fut brillante ne soient pas de véritables audaces mais uniquement des conséquences naïves et presque comiques de son amnésie (par exemple son aventure avec Roman) . Finalement ce film partait d'une idée originale et aboutit à une fin conformiste où Lena retrouve son rôle d'intellectuelle et d'épouse alors que son accident cérébral aurait pu créer , sur le plan romanesque, une faille pour évacuer les faux-semblants . En outre, le cinéaste centre trop le film sur son interprète féminine à qui il demande une sorte de panoplie de tous ses talents (Lena chante, Lena s'étonne, Lena pleure etc...) NOTE: 4/10